partenaire à but non lucratif du mois de mai WORK
1 % de toutes les ventes versé à WORK, avec possibilité d'ajouter un don au paiement
livraison avec suivi gratuite au Canada et États-Unis
nous continuons de surveiller la situation covid-19 ...
nous continuons de surveiller la situation covid-19 ...
toutes les commandes continuent d'être expediées, détails ici
livraison "premium" gratuite pour commandes de $75 USD / $100 CAD (voir faq)

inspirer par l’action

inspirer par l’action
Mon mari Marco Anzures et moi-même avons cofondé notre organisme caritatif de course pour les jeunes, 2nd Recess, dans le seul et unique objectif d’inspirer par l’action. En tant que coureurs professionnels, nous avons vraiment ressenti et vu le besoin de redonner à la communauté et d’inspirer la prochaine génération à prendre des décisions raisonnées pouvant avoir un impact significatif sur leur santé future. Alors que les taux d’obésité chez les jeunes continuent d’augmenter, 2nd Recess s’est engagé à conscientiser les jeunes sur l’importance de l’exercice régulier et d’habitudes alimentaires saines et équilibrées pour eux et leur famille.

L’objectif avoué de notre organisme est d’outiller les jeunes pour qu’ils puissent repartir du programme avec une idée générale de ces bonnes habitudes alimentaires, et une curiosité renouvelée pour la course à pied. Nous avons la chance d’être entourés d’une équipe de coachs et de bénévoles incroyables, qui assurent le succès de ce programme. Iels passent d’innombrables heures à planifier des activités qui promeuvent le plaisir et la bonne forme physique, tout en partageant aussi avec nos 2nd Recessers le potentiel de la patience, de la positivité et de la persévérance.
l’un de ces merveilleux coachs est erik weber. erik a été diagnostiqué d’un trouble du spectre de l’autisme dès son enfance, et il a canalisé cette expérience dans sa pratique de la course à pied, mais aussi dans sa façon d’aborder les programmes comme celui de 2nd recess de sorte à pouvoir aider les jeunes de tous âges.
Coach Erik a eu la générosité de partager son expérience avec nous.

Pourrais-tu nous partager les détails de ton expérience avec l’autisme?

Coach Erik : On m’a donné le diagnostic de trouble du spectre de l’autisme quand j’avais trois ans. Les docteurs ont dit à mes parents que jamais je ne dépasserais l’âge mental de 18 mois. Je n’ai dit mes premiers mots que vers sept ans. À l’âge de cinq ans, les docteurs ont dit à mes parents de me placer dans une institution spécialisée. Celle-ci aura éventuellement été la faculté de droit. J’ai gradué de Faculté de droit de la California Western, et j’ai passé l’examen du Barreau de la Californie dès mon premier essai.

En grandissant, j’ai été aux prises avec plusieurs difficultés de communication, de comportement et d’apprentissage. À l’âge de six ans, ne parlant toujours pas, ma mère a fait le tour des différentes classes de maternelle de la Rowan Elementary [School], afin de rencontrer les professeurs et voir à qui elle pourrait confier mon éducation. Les collègues de l’école la renvoyaient toujours à un professeur plus vieux et plus « expérimenté ». Mais ma mère voyait en fait chez cet instituteur une trop grande fermeté, tout devant être fait « à sa façon » par les jeunes. Ce genre de milieu ne permettrait donc pas d’accommodement ou de créativité à l’apprentissage. C’était ennuyeux, répétitif, et sans imagination, un peu comme ce qui se faisait à l’époque dans l’école de pensée de l’analyse appliquée du comportement (Applied Behavior Analysis).

Ensuite, ma mère est allée s’informer sur un nouveau groupe mené par une nouvelle professeure, Ms. Vicky. Bien que les professeurs plus âgés aient été sceptiques, ma mère a vraiment eu de bonnes résonances avec cette jeune institutrice énergétique, autour de qui gravitaient réellement les jeunes. Ma mère m’a donc inscrite dans le groupe de Ms. Vicky. Peu de temps après, j’ai vraiment commencé à me développer et à prospérer. J’ai reçu toute l’attention individualisée dont j’avais besoin, et j’ai pu développer une relation de confiance avec elle et une autre enseignante (Mary Lou Evans). Elles prenaient le temps d’écouter, de reconnaitre et d’essayer de comprendre mes besoins, et elles m’aidaient à formuler des stratégies d’apprentissage qui fonctionnaient pour moi, et, dans ces circonstances, je me sentais vraiment à l’aise de me joindre aux activités du groupe.

À quatorze ans, ma mère, essayant de saisir s’il serait mieux pour moi d’aller à l’université ou en formation professionnelle, m’a fait participer en tant que sujet à une recherche clinique sur l’autisme. Les chercheurs m’ont fait faire une imagerie par résonance magnétique fonctionnelle pour pouvoir étudier mon cerveau. Ils ont dit que celui-ci s’allumait comme un arbre de noël. À partir de ce moment, ma mère a eu une meilleure idée de ce avec quoi il fallait travailler. J’ai commencé à suivre des cours universitaires après ma deuxième année d’école secondaire, histoire de m’introduire à la vie universitaire et favoriser une transition plus douce dans le monde de l’éducation post-secondaire. Au début, je ne suivais que des cours de conditionnement physique et de danse en couple. Les cours de conditionnement m’ont permis de me transformer d’un petit garçon chétif et courbé en homme droit et fier pouvant faire face à un joueur [de football] offensif de 250 livres ou plus. Les cours de danse étaient vraiment super car je pouvais y mémoriser des routines, et appliquer les mouvements à différentes chansons; les partenaires de danse changeaient après chaque pièce musicale, donc j’ai appris à être plus confortable avec des personnes différentes.

Plus tard, une fois vraiment inscrit à l’université, lors de mes pauses ou après les cours, j’allais assister aux cours de danse pour aider l’instructrice à mener les couples; ma présence l’aidait vraiment car il y avait généralement beaucoup plus de femmes que d’hommes. Quand elle a appris que j’étais autiste, elle s’est mise à pleurer d’espoir, voyant le potentiel pour son propre enfant aux prises avec un trouble d’autisme aussi. C’est vraiment quelque chose de spécial, d’être cette lueur d’espoir et de courage pour les gens qui ont des besoins spéciaux et leurs familles.

Aussi, assez tôt après mon entrée à l’université, j’ai suivi un cours sur le succès universitaire et le choix de carrière, enseigné par mon directeur d’études, qui m’a aidé à me faire un « plan de match » pour la suite de mon éducation universitaire. Ce plan m’a vraiment permis d’aller identifier dans le détail les cours que je devais prendre pour obtenir ma majeure, et quels crédits seraient transférables à Point Loma. L’une des meilleures choses à propos de ce plan, c’est que j’ai pu le créer avec l’aide d’un directeur d’étude qui m’a aidé à ne PAS me laisser induire en erreur par des « professionnels » qui n’ont aucun intérêt pour les besoins uniques et propres à chaque personne.

Pourquoi voulais-tu devenir coach pour 2nd Recess?
coach erik : je suis devenu coach pour 2nd recess pour deux raisons.
premièrement, en 2002, je faisais partie d’un club de course sur piste pour adolescents appelé les san diego trailblazers. les trailblazers m’ont aidé à trouver mon rythme. on m’a appris à courir avec une bonne forme et une bonne technique, comment m’échauffer, comment trouver ma propre voie dans ce monde de course à pied, mais surtout, on m’a appris à entrainer les autres pour qu’eux aussi deviennent des champions. même si j’étais vraiment loin d’être le plus rapide de l’équipe, mes équipiers et coachs m’incluaient en tant que coureur, mais aussi et surtout en tant que personne à part entière d’abord.
C’était avec les Trailblazers que j’ai appris à développer ma confiance en mes propres capacités, et où j’ai pu trouver un groupe inclusif dans lequel je pouvais être une personne d’abord, et ensuite pousser vers le triomphe athlétique. L’une des décorations qui m’a le plus marqué est cette médaille de bronze au relai sur 4x200m. Mes coéquipiers des Trailblazers et moi-même avons couru cette épreuve ensemble. Ils ne se sont pas arrêtés à l’étiquette d’un diagnostic quelconque, à des idées préconçues de ce que je pouvais ou ne pouvais pas faire, ou à m’empêcher d’avoir l’opportunité de courir au profit d’un autre coureur plus rapide. Mes coéquipiers et coachs me supportaient pour qui j’étais d’abord, et ensuite en tant que coureur. J’ai retrouvé le même esprit d’inclusivité avec 2nd Recess.

En second lieu, je voulais améliorer mes propres aptitudes à coacher en apprenant de nouveaux éducatifs et drills, de nouvelles méthodes d’entrainement (telles que les cartes Pick your Poison), et de nouvelles compétences en leadership que je pourrais appliquer pour entrainer mes athlètes de l’équipe Skybirds, qui sont presque tous aux prises avec un trouble d’autisme. Tout ça m’a vraiment aidé, surtout lors d’une séance d’entrainement, en avril 2019, alors que mon équipe et moi sommes arrivé à la piste pour réaliser qu’un événement compétitif y avait déjà lieu, sans que nous en ayons été informé. Avec mes apprentissages de nouveaux éducatifs et de nouvelles méthodes, et une meilleure aptitude à gérer l’équipe, j’ai su improviser un entrainement sur le champ intérieur de la piste, avec des drills de 2nd Recess, assurant ainsi le focus et l’entrainement des athlètes plutôt que de nous laisser perturber par cette situation inattendue. Vers la fin de la pratique, les responsables de l’événement et moi avons organisé une course de 400m chronométrée pour les Skybirds, dont les temps ont été homologués par les officiels présents. 2nd Recess m’a vraiment aidé à en apprendre plus sur les drills, les méthodes d’entrainement et l’organisation d’une équipe.
Pourquoi la course est-elle aussi importante pour toi?

Coach Erik : Quand j’étais jeune, mon père m’emmenait souvent en balade sur sa moto. Je sentais que nous ne faisions qu’un, nous deux et la moto. J’adorais le souffle du vent sur mon visage, et j’ai développé un amour pour la vitesse. Après le décès de mon père en 1997, ma mère m’a inscrit à un club de course l’année suivante, en 1998, afin que je puisse trouver confiance et direction. Ce que j’y ai trouvé, c’est un réel amour de la course et des courses. J’adore courir (surtout sur la distance du marathon et du demi-marathon) pour la vitesse, pour le souffle du vent sur mon visage, pour le sentiment de n’être qu’un avec la piste ou le circuit, et parce que j’ai l’impression d’être en contrôle de mon destin. À travers la course, j’ai trouvé mon propre rythme, sur la voie rapide.

En juillet 2016, j’ai commencé à porter les plaques d’identité militaires de mon père, ce que je fais toujours à ce jour. Le 20 juillet 2016 (ce qui aurait été le 67ième anniversaire de mon père), je suis sorti courir pour le plaisir, à la lumière de la pleine lune. La lune apparaissait au-dessus des nuages, qui prenaient la forme des ailes d’un faucon, son corps et son plumage de queue. La lune en était la tête. C’est à ce moment que je suis devenu « Night Falcon », ce qui m’a aussi inspiré le nom des « Skybirds » pour l’équipe de course sur piste que ma mère et moi avons créée en début d’année suivante.
Comment essaies-tu « d’inspirer par l’action » dans ce que tu fais?

Coach Erik : J’essaie de mener par l’exemple, mais aussi d’offrir des conseils précis et propre à l’expérience de chacun-e, selon leurs besoins et intérêts, de sorte à aussi aider chaque personne à développer et diversifier ses compétences. Quand il est question des athlètes de Skybirds et de 2nd Recess, mon objectif n’est pas uniquement de les entrainer en tant qu’athlètes, mais aussi de les former à devenir de futurs coachs.

Si tu pouvais partager une chose à propos des troubles d’autisme avec les gens, que voudrais-tu qu’iels retiennent?
quand il est question de troubles divers, notamment de l’autisme, il n’y a pas vraiment d’approche universelle. les objectifs et les services offerts doivent vraiment être définis de façon précise, et ajustés aux besoins spécifiques de chaque personne. et ça vaut pour tout aspect de la vie d’une personne aux prises avec un trouble d’autisme, notamment pour ce qui a trait à l’école, à sa carrière, aux sports. mais, il faut surtout reconnaître que les gens aux prises avec des troubles ou handicaps sont d’abord et avant tout des personnes à part entière.
Pour en apprendre plus sur 2nd Recess, visitez www.2ndrecess.org
about the author
natasha labeaud anzures

natasha labeaud anzures est une coureuse de niveau élite originaire du canada, la cofondatrice de l’organisme 2nd Recess, et une franche supportrice au développement d’habitudes de vie saines et sportives chez les jeunes. IG : @2ndrecess. twitter : @tashyrunner.