1% des ventes donné à l'organisation à but non lucratif montréalaise desta
livraison avec suivi gratuite au Canada et États-Unis
pressés? ... optez pour la livraison "premium"
nous continuons de surveiller la situation covid-19 ....
toutes les commandes continuent d'être expediées, détails ici
livraison "premium" gratuite pour commandes de $75 USD / $100 CAD (voir faq)

ces moments de légèreté

ces moments de légèreté
La course est un sport inconfortable qui a pour objectif de bouger aussi rapidement qu’il en est humainement possible, en étant toujours à la limite de ses capacités.

L’esprit a tendance à se débrancher de cette réalité avant le corps, avant que l’acide lactique s’accumule, que la respiration s’accélère, et que la nausée s’installe. Il y a une obsession pour la cadence de course, la performance et le temps qui accompagne le mouvement. Plusieurs athlètes craignent profondément cet inconfort et décident donc simplement de mettre la course de côté. D’autres préfèrent accélérer afin de rendre le temps passé à courir plus court.
la course n’a pas à être difficile.
En fait, elle peut être plutôt confortable, conversationnelle, et même plaisante. La solution la plus simple est de ralentir le rythme, et de courir avec légèreté afin d’apprécier le paysage, la compagnie, et les miles parcourus.

Pour The Track Club (le TTC), il est question de profondément apprécier cette sortie de course légère d’une heure, qu’on utilise pour favoriser la récupération et réinitialiser le corps entre les entrainements, les efforts soutenus et les longues sorties. Le TTC est une communauté de coureurs d’élite et d’aspirants au titre qui s’efforcent de balancer leur vie professionnelle et leurs ambitions de coureurs de haut niveau. Nous sommes tous à la poursuite des objectifs athlétiques les plus nobles, des Sélections olympiques américaines aux positions sur l’équipe nationale, en allant jusqu’aux podium des championnats du monde, mais aucun d’entre nous ne coche la case « coureur professionnel » quand il est question d’occupation. Nous vivons et nous entrainons dans cette Mecque du millage qu’est Boulder, Colorado, coincée entre les contreforts des Montagnes Rocheuses, à l’ombre des pics dentelés des Flatirons. Les meilleurs coureurs d’endurance au monde se rejoignent dans notre petite ville aux airs de grandeur pour y bénéficier de son élévation, du soleil omniprésent, des conditions sèches et des hivers plutôt doux. Que Boulder soit la maison, ou juste un camp de base temporaire le temps d’un bloc d’entrainement, plusieurs des meilleurs coureurs du monde finissent par y élire résidence un jour ou l’autre.

Comparativement à pas mal d’autres groupes dans le monde de la course à pied, nous mettons vraiment l’accent sur la course lente, avec légèreté. Qu’est-ce que la course avec légèreté? C’est simplement l’opposé de courir trop soutenu, ou durement. Le concept peut sembler de base, mais dans un monde hyper compétitif rempli de segments Strava, de records de parcours, de trolls sur internet, l’idée de célébrer la course légère est plutôt difficile à saisir.
l’un des plus grands mythes qui a cours chez les coureurs est qu’il faut toujours courir le plus durement ou intensément possible.
C’est certainement la raison pour laquelle autant de gens disent détester ce sport.

La course n’a pas à être une activité difficile. En fait, les coureurs bénéficient souvent plus à courir lentement pour activer son système cardiaque et circulatoire, sans aller causer de tensions indues sur le corps. Matt Hensley, qui coach les athlètes du TTC sous l’organisation Boulder Underground qu’il chapeaute, prêche ce concept comme étant la clé de ses principes d’entrainement.
« les journées faciles sont faites pour être plus faciles. »
« La course légère favorise l’intégrité structurelle, le développement des capillaires et mitochondries, augmente la myoglobine dans les fibres musculaires et accélère le processus de récupération. »

Tansey Lystad, membre du TTC, a représenté l’équipe américaine aux championnats Panaméricains de cross-country de 2020 où elle a terminé en sixième position au classement général. Elle jongle présentement entre son emploi à temps plein en tant que professeure de sciences dans une école secondaire, et son ambition d’atteindre les temps qualificatifs pour les Sélections olympiques à la course sur piste.
quand tansey courait en division 1 lors de ses années universitaires, ses coéquipières n’arrivaient pas à comprendre pourquoi elle courait aussi lentement lors de ses journées de récupération.
« J’ai été très chanceuse d’avoir déjà une idée de la course ‘légère’ intégrée à mon entrainement dès le plus jeune âge. En arrivant à l’université, on me laissait souvent à moi-même lors des journées de récupération car je courais tellement plus lentement que mes coéquipières. Une fois, alors que nous nous rendions à un point de rendez-vous, une coéquipière, voulant courir avec moi, me demande ‘Tansey, tu cours de façon plus… conservatrice, n’est-ce pas?’ ce à quoi j’ai ris, en lui proposant de courir lentement, légèrement, avec moi. Ces jours-ci, je porte cette approche plus conservatrice comme un badge d’honneur. Nous travaillons tellement fort à tous les autres jours de la semaine que la petite heure de légèreté est ma chance de ralentir et de vraiment apprécier ma sortie de course. Je serai la première personne à le dire si quelqu’un pousse un peu trop le rythme sur le premier mile de notre heure légère. »

Pour les coureurs professionnels, Boulder offre vraiment les outils nécessaires pour produire et alimenter la performance, des thérapeutes de toutes sortes aux divers entraineurs. Malgré l’abondance de support, en tant que professionnels ayant une carrière, il peut être difficile pour nous de prendre avantage de ces services pour contrebalancer la fatigue. C’est pourquoi nous mettons vraiment l’accent sur la récupération maximale lors de nos journées d’entrainement plus faciles par des sorties de course plus légères. Nos horaires sont cambrés dans le 9 à 5, commençant parfois même plus tôt, ce pourquoi nous faisons notre possible pour rentrer nos entrainements avant le travail, peu importe la température.

Le dernier mois a été marqué par des températures en dessous du point de congélation et par des tempêtes de neige un peu aléatoires qui ont rendues la planification de nos entrainements plus difficile. Une semaine traditionnelle est généralement constituée d’entrainements de vitesse et en puissance les lundi et jeudi, d’une sortie moyenne/longue le mardi et d’une longue sortie le samedi. Les mercredi et dimanche sont des journées de course légère, et le vendredi est une journée optionnelle de repos (ou extra-légère). Lorsque la température n’est pas au rendez-vous, nous nous efforçons de coincer nos entrainements entre les tempêtes de neige, afin de pouvoir courir plus relax quand les conditions de route sont, de toute façon, trop glissantes ou qu’il y a trop de neige pour courir plus rapidement. Plusieurs groupes de coureurs professionnels du coin ont été en mesure de fuir le froid pour des camps d’entrainement dans des conditions plus clémentes, alors que nous devions faire face à la réalité quotidienne de « combien de couches devrai-je porter pour le prochain entrainement? » Ce qui n’est en aucun cas une complainte, mais plutôt la réalité de devoir jongler entre une passion et une carrière à temps plein.

Bien que la course soit une partie intégrante de la culture locale, plusieurs refusent l’appellation de « coureur ». Les gens réfutent qu’iels ne sont pas assez rapides, qu’iels ne courent que quelques fois par semaines, ou que ce n’est qu’une activité qu’iels font par plaisir; donc, iels ne sont pas « coureurs ». Le mot devient de plus en plus difficile à mettre en perspective dans une ville marquée du découpage entre courir pour être au sommet de sa discipline, et courir de façon récréative. Dans une ville centrée sur l’hyper-élite, il est souvent difficile pour celles et ceux qui courent par plaisir de se sentir acceptés ou impliqués dans le sport. Le TTC tombe à quelque part dans le milieu, et travaille fort pour combler les zones grises de part et d’autre avec un peu de couleur. C’est pour ça que nous avons créé la Soft Hour.
La Soft Hour est une sortie de course d’une heure, légère et relax, remplie de bonnes conversations, d’énergie positive et de gens enthousiastes issus de tous les milieux. Le mot « soft » se veut l’appellation de tout de cette sortie, allant de la cadence au terrain emprunté, mais surtout, aux conversations légères qui l’animent. Nous courons à une cadence relax, sur des chemins plus mous pour protéger et renforcir nos os et nos muscles.
Bien que les membres du TTC courent toujours plus légèrement lors de nos journées relax, l’idée pour la Soft Hour nous est venue lorsqu’une amie du groupe nous a demandé si elle pouvait se joindre à nous pour une sortie, craignant toutefois ne pas être capable de maintenir le rythme. Nous l’avons rassurée en lui disant que nous n’allions courir « qu’une heure », « légère ». Et depuis ce jour, la Soft Hour est devenue un événement. Nous avons commencé à inviter des coureurs de tous les niveaux et milieux à se joindre à nous lors de ces sorties de récupération.
Aujourd’hui, la Soft Hour est un événement pour tous, où les coureurs récréatifs n’ont pas à craindre de ne pas pouvoir maintenir le rythme, tout en donnant aux coureurs avancés l’opportunité, et une raison, pour ralentir.

Après plusieurs années à travailler avec d’autres entraineurs et athlètes, Coach Hensley recommande que toutes les courses de récupération soient à un minimum de deux à trois minutes plus lentes que notre cadence sur le 5k. Il n’y a pas de conséquences à courir plus lentement, alors notre groupe tend à simplement aller au plus lent. La règle d’or, c’est que nous ne sommes qu’aussi rapides que notre coureur le plus lent. La cadence peut différer grandement d’une personne à l’autre, alors nous faisons de notre mieux pour être accommodant pour tous.

La COVID-19 a certainement eu un impact sur la Soft Hour. Alors que les magasins et les écoles fermaient leurs portes et que les gouvernements locaux demandaient aux citoyens de rester à la maison, l’exercice extérieur est resté une exception aux règles. La Soft Hour est devenue notre heure sociale. Nous avions la chance d’avoir 60 minutes d’interactions humaines. Même si nous demandions de maintenir une distance entre chacun et de porter un couvre-visage, c’était tout de même une opportunité en or pour se sortir de la maison, et avoir des interactions humaines hors d’une fenêtre Zoom.

De là, nous avons vraiment pu apprécier la course sous sa forme la plus pure.
courir légèrement est une célébration de la liberté de mouvement. elle permet au corps de se détendre, au sang de circuler, et au temps de passer.
Des amitiés se forment par l’accumulation de conversations, une heure à la fois. On dit généralement que la course est ce qui se rapproche le plus de la sensation de flotter, avec chaque pas touchant le sol pour une milliseconde avant de se re-propulser dans les airs. La Soft Hour nous donne la possibilité de cette sensation, sans efforts, et sans avoir l’esprit qui nous joue des tours.

Evan Schwartz, coéquipier du TTC, a déménagé à Boulder après avoir couru son marathon en 2:18:19, un temps lui permettant de se qualifier pour les Sélections olympiques sur cette distance. Au haut point de son entrainement, Evan courait 120 miles par semaine, ou 193 km. Après avoir accepté un emploi pour la start-up en technologie de course, Stryd Running, Evan a dû ajuster son horaire d’entrainement, élisant résidence avec le TTC.

« De faire partie d’un groupe de coureurs qui partagent une même vision et des objectifs de course similaires, ça a changé ma façon de m’entrainer. Je trouve que la récupération est beaucoup plus difficile en altitude, mais j’ai réalisé que de courir plus relax, plus légèrement, me permettait de récupérer plus rapidement et donc de vraiment focaliser sur des entrainements de meilleure qualité. Parfois, il faut apprendre à courir lentement pour courir plus vite. »

Depuis les débuts de la Soft Hour, nous avons eu la chance de connecter avec des coureurs et des groupes à travers les États-Unis, de New York à Los Angeles, Chicago à Portland. Nous avons même eu des gens du Royaume-Uni et d’Allemagne qui nous ont confié leur amour profond pour les sorties de course légères. Quand des coureurs viennent visiter Boulder et se cherchent un groupe avec qui partager quelques miles, nous les accueillons toujours les bras ouverts, et des jambes bien détendues. Nous avons changé le logo de notre équipe pour un cornet de crème glacée molle, histoire de toujours nous rappeler de courir avec légèreté, et d’avoir du plaisir. Alors que nous ouvrons nos applications Strava pour admirer notre cadence lente, nous sommes toujours salués par des coureurs de partout dans le monde commentant avec des émojis de crème molle, en solidarité avec notre méthode. La Soft Hour permet aux coureurs de tous les niveaux de courir ensemble.
l’acte même enlève toute honte à courir relax, tout en soulignant l’importance de la récupération. nous voulons que les gens soient excités à l’idée de sortir courir lentement. nous sommes fiers de nos sorties lentes, et de pouvoir les partager avec le monde entier.


cet article a été écrit avant les événements tragiques qui ont eu lieu à boulder lundi après-midi. nos pensées vont à toute la communauté. si vous cherchez un moyen d’aider les victimes et les familles des victimes de la fusillade du king soopers, veuillez visiter ColoradoHealingFund.org
about the author
brian schroy